Faire la paix avec son passé, c’est se libérer des chaînes qui nous empêchent d’avancer sereinement. C’est faire la paix avec les épreuves du passé et se sentir plus libre et serein.

Guérir du passé fait grandir

Faire la paix avec son passé, c’est devenir un adulte, quitter son statut d’enfant, c’est reprendre sa vie en main, ainsi que la responsabilité de son bien être. Cela nécessite de prendre de la hauteur sur les évènements, ce passé qui peut être lourd et difficile.

C’est aller guérir les blessures de notre passé, les traumatismes que l’on a pu vivre ou subir dans notre enfance, adolescence, dans nos relations intimes,  les accepter  pleinement, mettre de la compréhension et du sens dans ces épreuves malgré les douleurs vécues.

Cette libération nous dégage  des rancoeurs, des ressentiments qui créent des liens d’attachements inconscients draineurs d’énergie.  Elle améliorer notre énergie vitale en coupant ces cordes invisibles et libèrent notre corps de parasites , d’entités.

Une guérison profonde s’effectue avec de la douceur, de l’amour inconditionnel, de la compassion vis-à-vis de soi-même. Ce qui veut dire que nous sommes amenés à développer des comportements sains. Tant de sentiments que nous avons manqué durant notre vie.

Je suis totalement consciente que parfois les épreuves du passé ont été très difficiles à vivre et qu’elles ont laissé des mémoires très lourdes,  et que bien évidemment cela va demander un temps plus long donc de faire preuve de beaucoup de patience, de douceur et d’amour de soi.

Mais je peux vous assurer qu’avec de bons outils, la foi en la vie, la volonté d’être heureux et de la persévérance, nous améliorons notre paix intérieure. Car notre vie est un cadeau et vous avez de la valeur quoi que vous ayez vécu dans votre vie. Votre valeur est déterminée par le fait que vous êtes ici dans cette vie.

 

Accepter pleinement son incarnation

Notre vie a un sens et tout ce que l’on a vécu est là pour expérimenter ce que nous devons apprendre, transformer en nous pour devenir des êtres meilleurs et responsables. Le sens de la vie c’est de savoir qui on est et ce que l’on est venu faire ici.  

Accepter son incarnation, c’est accepter déjà que l’on nait et que l’on va mourir un jour , que notre âme à plusieurs vies et que selon la loi du karma ( la loi de cause à effet), tout ce que je n’ai pas pris conscience dans l’ancienne vie, je dois l’expérimenter à nouveau pour comprendre et changer.

Si dans notre vie, nous avons du expérimenter des choses pas toujours confortables comme la manipulation, la trahison , c’est pour en tirer des leçons, apprendre et changer notre manière de faire.

 

L’acceptation crée de l’ouverture à soi

Nous sommes là en vie, et c’est bien pour quelque chose, c’est que l’on a quelque chose à faire dans cette vie, dans cette période. Si nous souhaitons changer notre monde , commençons par nous changer nous-même, changer nos comportements, afin de créer l’harmonie en nous et autour de nous et créer une nouvelle humanité.

Accepter son incarnation c’est apprendre à nous accepter tel que nous sommes, notre corps, nos imperfections et notre vie.

Ne vous laissez pas duper dans les pièges de conscience de notre société qui , si vous ne correspondez pas à un certain idéal, modèle que la société propose , vous ne vous sentez pas à la hauteur. Ne vous laissez pas croire que votre vie est nulle , que vous n’avez pas de chance. Votre vie, vos expériences sont les meilleures pour changer, guérir , faire évoluer ce que nous avons à travailler.

Nous sommes tous uniques , c’est l’Unité dans la diversité.

Acceptons nous tels que nous sommes , notre corps est un véhicule qui est parfait pour ce que l’on doit faire ici dans cette vie. Notre famille est une combinaison parfaite dans la génétique pour travailler ce que nous avons à travailler, et ce que nous avons besoin de comprendre. Nos expériences même désagréables sont là pour nous pôlir, apprendre et comprendre afin d’aller davantage vers le but de nos âmes.

Nous sommes là de passage et autant que ce passage soit productif et le plus instructif possible.

Je sais que parfois les épreuves sont très difficiles notamment en terme d’abus divers, mais sachez que nous avons la force nécessaire pour affronter et transformer. Le statut de victime détruit, alors reprenez votre pouvoir !

 

Ne pas faire la paix avec son passé nous bloque dans notre évolution

Si nous avons de la difficulté à accepter notre vie , nos épreuves, c’est comme si nous rejetions une partie de nous-même , cela va amener à d’autres difficultés.

Accepter sa famille , son histoire c’est prendre ça comme un relai, ce par quoi nous devons passer pour devenir meilleur. Cela ne veut pas dire que c’est toujours confortable , j’en conviens !

C’est aussi ne pas faire un amalgame entre la vie de votre famille, ce qu’elle est , ce qu’elle représente  et qui vous êtes. D’où la nécessité de ne pas s’identifier à sa famille, car souvent par fidélité inconsciente nous prenons leur douleurs, leurs souffrances, cela ne favorise pas l’évolution.

Vous ne pouvez pas prendre la responsabilité de tout, c’est trop lourd.

Nos parents ont fait ce qu’ils ont pu avec leur connaissance du moment , ils ont souvent vécu des éducations difficiles, avec des parents durs, élevés eux-mêmes à la dure comme on dit sans exprimer leurs ressentis, leurs besoins, leur amour, c’était comme ça. Ces conditionnements ont créé beaucoup de blessures, de blocages qui mettent des freins à leur évolution de conscience.

Et il faut comprendre que la vie de vos parents et la vôtre sont différentes.

 

Faire la paix avec son passé c’est Guérir des épreuves du passé

Cultiver la colère, la rancœur, la culpabilité par rapport à un passé douloureux amenuise notre énergie vitale. Ces sentiments créent des failles dans notre corps énergétique, ce qui va attirer des situations sur la même fréquence. Il va être opportun d’aller voir et libérer ce que l’on ressent, car cela crée des liens d’attachement inconscients et qui drainent l’énergie et créent du chaos.

Car lorsqu’on ressent du chaos à l’intérieur , on crée du chaos à l’extérieur dans tous les domaines de notre vie, et dans nos relations.

Aller investiguer le sens, les leçons à comprendre dans ce qu’on a vécu amène à la connaissance de soi et ouvre la porte du sens.

Cela ne sert à rien de blâmer l’autre, sans arrêt .

Reprenons notre pouvoir et développons l’amour inconditionnel de ces parties blessées en nous.

Le fait de chercher le sens de notre histoire et nos épreuves de vie passées apaise  intérieurement. C’est la porte de la sagesse, de la guérison intérieure.

Cette guérison nous permet de voir les évènements de notre vie différemment . La connaissance de soi permet de trouver notre place.

 

Sortir du statut de victime et reprendre son pouvoir personnel !

Quand nous n’acceptons pas notre histoire, nous demeurons dans un statut de victime.  Nous trouvons que notre vie est injuste et demeurons dans une insatisfaction profonde. Nous pouvons même penser que nous sommes seuls au monde , qu’il n’y a pas de Dieu, de Source Divine, car si c’était le cas , elle n’admettrait pas cela !!

Voir les choses de cette façon nous apporte encore plus de séparation intérieure. Et croire en rien nous fait entrer dans une forme de désespoir, de lassitude. Nous pouvons donc nous mettre en échec et ne plus chercher à évoluer.

Le statut de victime nous soustrait de notre pouvoir personnel

Ces comportements sont  contre productifs, et lorsque nous sommes là dedans,  nous nous enlevons tout pouvoir et  toute responsabilité. Nous entrons dans un drame émotionnel qui laisse rentrer le désespoir, l’anxiété et la dépression.

Changez ce mécanisme car tout ce qui est associé à ces ressentis vous descend dans des vibrations très basses et engendrent des comportements auto-saboteurs. Et vous donnez votre autorité à des énergies négatives , car inconsciemment vous les laissez rentrer en vous.

Il est fort possible que ce qui n’a pas été compris, libéré, dans notre histoire engendre le fait que nous nous blâmons, que nous blâmons les autres, notre famille de notre malheur, de notre impuissance, que nous blâmons la vie, Dieu ……..et engendre d’autres épreuves de vie encore plus douloureuses.

Car tout ce que nous n’apprenons pas avec la sagesse, nous l’apprenons avec la douleur ! Et que vous en soyez conscients ou non , toutes vos pensées, paroles , actions sont soumis aux lois universelles donc à la loi du karma , ce qui engendre des boucles karmiques.

 

Voir la vie comme des leçons successives

Commencez à accepter que vous êtes imparfait, que votre vie est imparfaite et ouvrez-vous à la vie, à l’amour. Ouvrez-vous à la leçon, ouvrez-vous à votre évolution !

Que ces questions deviennent de nouveaux automatismes lorsque vous vivez quelque chose de désagréable !!

 

« Qu’est ce que je ressens «  qu’elle est le sens de cette épreuve ? Qu’est ce que je dois changer en moi pour mieux avancer ? qu’est ce que j’ai du mal à accepter ? Que dois-je apprendre de cette épreuve ?

 

Admettez que nous ne pouvons pas nous ouvrir pleinement à la vie sans risquer l’échec. L’échec, l’erreur font partie intégrante de la vie.

Regardez l’apprentissage de la vie comme un enfant qui apprend à marcher.

C’est pas toujours facile de voir le sens , car dans nos mécanismes appris, nous avons été élevé dans une culture du malheur, à nous plaindre tout le temps, à voir ce qui ne va pas bien. Nous n’avons pas appris à nous réjouir de ce qui nous fait du bien. Et beaucoup de nos parents anticipent le négatif. Ce qui signifie qu’il faut changer cela en soi et le transmettre à nos enfants (surtout dans la période aujourd’hui que nous vivons !!)

Il est important de muscler ça : » En quoi ça me permet de me construire, c’est quoi la leçon que je dois apprendre , qu’est ce que je peux faire de mieux la prochaine fois ? ».

Tout cela nous permet d’évoluer, grandir , prendre notre responsabilité et nous adapter. Cette posture ouvre une nouvelle perceptive, alors que le drame émotionnel nous immobilise et crée de la confusion mentale. Le statut de victime nous enlève tout pouvoir de changement, de résilience. Cela ne sert à rien de blâmer l’extérieur, les autres de notre malheur mais c’est un mécanisme très présent dans notre société qui engendre le chaos, la séparation en nous et autour de nous.

Une fois de plus si nous souhaitons changer notre monde , amenons de l’harmonie, en nous et autour de nous. Et développons le courage d’accepter, de voir ce qui ne va pas en nous et ce que l’on doit changer afin d’améliorer nos expériences futures.

 

Couper nos attachements inconscients

Une grande partie de notre guérison est dédiée à la libération de nos attachements inconscients.

Se libérer des conflits non réglés, des rancoeurs, des ressentiments envers nos parents, nos ex-conjoints, notre famille, nos enfants.

Lorsque nous gardons en nous de la haine , de la colère, des rancoeurs , des non-dits, cela crée comme des cordes énergétiques qui nous empêchent d’être libres et créent des drains d’énergie, qui amenuisent notre énergie vitale.

Ressasser de la colère , de la rancœur vis à vie d’une personne, ça draine l’énergie.

Et c’est de la magie noire, c’est-à-dire que  lorsqu’on cultive des sentiments négatifs envers une personne , c’est comme si on lui envoyait un mauvais sort. Je rappelle que selon la loi du karma (cause à effet), ce que vous envoyez dans le champ, vous sera renvoyé que vous en soyez conscients ou pas.

Donc ATTENTION au fait de blâmer les autres, attention au ressassement vis-à-vis des autres, attention au jugement vis-à-vis des autres.

 

Guérir des relations négatives du passé avec amour de soi

Lorsqu’il y a des abus, des traumas qui ont été vécu dans l’enfance, des attachements destructeurs et des liens négatifs sont formés chez cet enfant qui les emportera jusqu’à l’âge adulte, si ce n’est pas nettoyé.

Pour libérer le corps, le mental, les émotions et l’esprit d’esclavage du trauma induit par les parents ou par d’autres personnes lorsque nous étions enfant, nous devons prendre la responsabilité d’apprendre comment nous aimer nous-même et pardonner de manière inconditionnelle ce qui nous est arrivé. Cette action va dissoudre les effets de conséquence, tout comme les enchevêtrements que cette souffrance a créé à travers la ligne temporelle de l’enfance jusqu’à l’âge adulte.

Les traumas et les souffrances d’enfance non-guéries nous suivent jusque dans nos relations intimes d’adultes, les infectant de la douleur et menant à des relations destructrices ou malsaines.  Quand nous sommes capables de pardonner la situation et de nous aimer de façon inconditionnelle, nous apprenons que ce qui nous est arrivé n’a rien à voir avec notre réelle identité. Nous changeons notre manière de penser pour nous focaliser sur les leçons que nous avons apprises et les forces que nous pouvons tirer de cette expérience.

 

Les blessures du passé créent des failles

Il est important de comprendre aussi que les traumatismes du passé créent des blessures énergétiques profondes qui si elles ne sont pas résolues et non guéries chez une personne, dans les couches de son corps créent une voie pour divers parasites, entités négatives qui vont manipuler la personne au niveau mental et émotionnel.

Si par exemple vous avez la blessure de trahison encore très présente, vous aurez de la difficulté à vous ouvrir totalement à une relation intime car vous aurez du mal à faire confiance. Il est fort possible que vous ayez des pensées qui vous disent «  fais attention , tu t’es déjà fait avoir, on ne peut pas faire confiance aux hommes………. Ces mécanismes bloquent l’harmonie dans la relation.

Donc faire attention au contrôle mental, attention aux fausses croyances car cela nous asservit  beaucoup et ne nous permet pas de nous ouvrir à la vie pleinement. (libérer les programmes de peurs, peur de l’échec, d’être rejeté, du regard des autres….)

La charge émotionnelle qui entoure le traumatisme est le problème numéro 1 qui mène aux problèmes d’addictions. C’est pour cette raison qu’en séance , nous travaillons beaucoup sur la libération de la charge émotionnelle.

Les blessures non guéries engendrent des pensées et comportements déformés. Plus on est destructeur envers soi-même, ou envers les autres, plus l’âme se fragmente. Car ces comportements ne sont pas en adéquation avec notre âme.

Quand un être humain a l’âme fragmentée, il présente une confusion mentale et des tendances à une personnalité dissociative.

 

Faire la paix de son passé avec pardon et amour de soi

Nous devons développer l’amour de soi et aimant vis-à-vis de nous-même. Nous devons apprendre à nous accepter tel que nous sommes avec nos imperfections. Notre valeur personnelle ne dépend pas de la façon dont notre famille biologique ou parent qui nous ont adopté, nous ont traité en tant qu’enfant.

Lorsque nous changeons la façon de voir nos expériences négatives, nous sommes capables de voir nos propres conflits émotionnels sans blâme ou projection sur une autre personne, en ayant besoin de les rendre responsable.

Ce qui est mis en place sur terre par les forces anti-vie ( voir égo négatif) a pour but d’enlever le pouvoir des gens en leur faisant croire que leur misère est la faute de quelqu’un d’autre, afin qu’ils soient toujours dans un état de blâmer quelque chose à l’extérieur d’eux-mêmes. Cela crée de l’impuissance et des cycles de victimisation qui piègent la personne dans des programmes d’esclavage.

Nous devons prendre la responsabilité de guérir nos traumas émotionnels. Et faire la paix avec la situation , nous-même, guérir notre douleur en nous aimant , nous pardonnant, car cela nous permet d’ouvrir notre Cœur, de développer un Cœur aimant et de créer de la paix en soi et dans sa vie.

Fermer son Cœur à cause des souffrances et des douleurs non résolues créent davantage de chaos, de négativité et de stress dans sa vie. Tant que cela n’est pas guérit , cela va engendrer des relations malsaines car nous devons transformer notre corps de douleur, notre vibration pour l’évolution de notre bonheur à long terme.

Les personnes qui agissent à partir de leur corps de douleur, c’est-à-dire à partir de leurs blessures non guéries sont dans des  impulsions, de la  réactivité. Et donc elles  créent à leur tour des situations conflictuelles, et c’est le cercle vicieux.

 Et lorsqu’on est là dedans on ne peut pas expérimenter la paix intérieure. On est dans la culpabilité.

D’où la nécessité de prendre sa responsabilité de faire la paix avec son passé, de guérir ses traumas , ses blessures du passé, guérir de la douleur émotionnelle pour créer davantage de paix et de bonheur dans tous les domaines de sa vie.

 

Exercice pratique pour faire la paix avec son passé et Méditations associées

 

Faire la paix avec son passé    Carole M   Décembre 2021